À propos

Plasticienne, Maître de conférences à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, chercheure associée à l’Institut ACTE/PARIS 1.

Née en 1985, vit et travaille entre Paris, Saint-Denis et Toulouse.

Aurélie Herbet

Aurélie Herbet, artiste plasticienne, chercheure et enseignante (MCF) en arts plastiques à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès travaille entre Paris, Saint-Denis et Toulouse.

Sa pratique interroge l’espace du quotidien, l’espace conçu en tant qu’il est vécu et habité. Dans ce contexte, l’espace urbain (et principalement Paris et le « Grand Paris »), dans toute sa complexité et sa diversité, constitue un terrain d’exploration et d’inspiration inépuisable. En s’imprégnant de ses reliefs, de sa géographie, de son architecture ou encore de son histoire, il s’agit de proposer un autre regard sur la ville en s’intéressant aux détails, aux marges, aux situations de ses habitants. Observer, capter, prélever, enregistrer, monter sont autant de gestes proposés, engagés pour questionner et transformer notre perception du paysage urbain. Depuis 2017, les relations et les mutations en train de s’engager entre les espaces urbains et la nature l’intéressent particulièrement. Dans ce contexte, elle parcourt les territoires urbains (pratiques pédestre et cycliste) collecte et observe ces mutations.

Son travail de recherche, tant plastique que théorique, étudie également les formes fictionnelles médiées par les dispositifs numériques et leurs différentes modalités de réception (engagement du corps, immersion sonore, rapport à l’espace tangible et numérique).

Elle a enseigné les arts plastiques (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 8 Vincennes-Saint Denis), la sémiologie (Paris 8 Vincennes-Saint Denis) ou encore la théorie des arts numériques (Paris Est, Marne La Vallée) et a co-organisé deux colloques internationaux (« L’espace pliable » en partenariat avec l’ENSA Paris Val de Seine et « Espaços outros » en partenariat avec l’Université fédérale d’Uberlandia, Brésil). Membre du Laboratoire LLA CREATIS de l’Université de Toulouse 2, elle est par ailleurs chercheure associée au sein de deux équipes de recherche de l’institut ACTE de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (équipes Art & Flux et Fictions et inte­ractions). Enfin, Elle a fait partie d’un collectif artistique, le collectif Hyperfictions, composé d’artistes, de chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, en littérature et en philosophie travaillant sur des installations numériques interactives et fictionnelles faisant intervenir les spectateurs. Ce collectif a eu l’occasion de montrer son travail dans le cadre de plusieurs manifestations artistiques (Festival de la fiction française au Palais Farnèse à Rome, Festival Futur en Seine au Centquatre à Paris, Festival Littérature numérique d’aujourd’hui et de demain BnF, Centre d’art numérique du Cube, Paris, Gaité Lyrique, etc.)