À propos

Aurélie Herbet

Née en 1985, vit à Paris. En itinérance régulière entre Paris, Saint-Denis et Toulouse.

Artiste plasticienne / résidente permanente au 6b, Saint Denis

Maître de conférences / Université de Toulouse 2 Jean Jaurès

Chercheure / Laboratoire LLA CREATIS

Chercheure associée / Institut ACTE/PARIS 1

#Paysages sonores, #installations in situ, #tangibles & numériques, #expériences et explorations sensibles, #relations au vivant en ville

Aurélie Herbet est artiste plasticienne, chercheure et enseignante (Maitre de conférences) en arts plastiques à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès et chargée de cours (Préparation pour l’Agrégation interne et le CAPES) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ses recherches s’articulent autour de sa pratique des fictions situées  (propositions plastiques fictionnelles en lien au lieu dans lesquelles elles se déploient) de cartographies sensibles et de paysages sonores. Ella réalise des installations sonores et vidéographiques, des dispositifs participatifs ou encore des promenades sonores situées, lors desquelles la marche reconfigurent l’expérience du lieu, du milieu dans lequel l’individu se déplace (promenades réalisées notamment avec le collectif Orbe). 

Dans ce cadre, la proposition artistique a pour ambition de travailler sur l’imaginaire des lieux, construire un autre récit, une autre perception du territoire en s’imprégnant, de ses reliefs, de sa géographie, de son architecture ou encore de son histoire. Un autre territoire est restitué ; il se dessine, s’appréhende suite à l’expérience vécue et parcourue. Depuis 2017 elle s’intéresse plus particulièrement aux mutations de la ville et des relations, parfois conflictuelles, parfois symbiotiques, qu’elle entretient avec le vivant (en étudiant en outre les notions de résilience, d’adaptation, de mutation).  Dans ce contexte, l’espace urbain (et principalement Paris et le « Grand Paris ») qu’elle parcourt régulièrement à pieds ou à vélo, constitue un terrain d’exploration et d’inspiration inépuisable. Observer, capter, prélever, enregistrer, monter sont autant de gestes proposés, engagés pour questionner et transformer notre perception du paysage urbain.

Elle enseigne les arts plastiques (Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et est spécialisée dans les liens qu’entretiennent les arts plastiques et les pratiques numériques. Membre du Laboratoire LLA CREATIS de l’Université de Toulouse 2, elle est par ailleurs chercheure associée au sein de l’institut ACTE de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Enfin, elle a fait partie d’un collectif artistique, le collectif Hyperfictions, composé d’artistes, de chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, en littérature et en philosophie travaillant sur des installations numériques interactives et fictionnelles faisant intervenir les spectateurs. Ce collectif a eu l’occasion de montrer son travail dans le cadre de plusieurs manifestations artistiques (Festival de la fiction française au Palais Farnèse à Rome, Festival Futur en Seine au Centquatre à Paris, Festival Littérature numérique d’aujourd’hui et de demain BnF, Centre d’art numérique du Cube, Paris, Gaité Lyrique, etc.)